Le blog de Robin Guilloux

Le blog de Robin Guilloux

Ce blog a pour ambition de faire connaître et apprécier la région Centre et en particulier la ville de Bourges. Je souhaite y faire partager mes goûts pour la poésie, la littérature, la peinture, le cinéma... J'y aborde également des questions qui me tiennent à cœur, souvent liées à l'actualité, en particulier le système scolaire (je suis enseignant), mais aussi la politique au sens large du terme et les problèmes de société.


Rainer Maria Rilke, Le Livre de la pauvreté et de la mort

Publié par Robin Guilloux sur 16 Avril 2012, 19:34pm

rilke

Rainer Maria Rilke, Le Livre de la Pauvreté et de la Mort, traduction d'Arthur Adamov, Actes Sud, Hubert Nyssen, éditeur

 

"Témoin signifie martyr. Tout homme qui témoigne est écartelé, doublement déchiré dans sa chair et son esprit. déchiré d'abord à l'intérieur de lui-même entre le témoin suprême au sommet de son être et le pitoyable individu dont il assume la vie au long des jours.  Déchiré encore par l'abîme qui sépare la vérité dont il témoigne du monde qui ne veut pas recevoir son témoignage..." (Arthur Adamov)


 

Le Livre de la Pauvreté et de la Mort est constitué d'une suite d'une trentaine de poèmes de longueur inégale.


Rilke y oppose la vie moderne, la ville monstrueuse, le culte de l'argent, l'accumulation des déchets... à la vie spirituelle, avide de solitude et de pauvreté, en constant dialogue avec la mort et avec Dieu.


Partout présente, la figure du Pauvre par excellence, François d'Assise, qui reviendra fréquemment dans l'oeuvre de Rilke.


Ce grand poème de Rilke a fait l'objet d'une adaptation très libre par Arthur Adamov en 1941.

 

Bien plus que d'un acte littéraire, il s'est agi pour lui d'une tentative desespérée : faire entendre au monde qui s'apprête à se suicider la haute voix d'un poète qui veut renouer avec les valeurs essentielles de la vie.

 

 

 

Rilke2

 

Je suis peut-être enfoui au sein des montagnes

solitaires comme une veine de métal pur ;

je suis perdu dans un abîme illimité,

dans une nuit profonde et sans horizon.

Tout vient à moi, m'enserre et se fait pierre.

 

Je ne sais pas encore souffrir comme il faudrait,

et cette grande nuit me fait peur ;

mais si c'est là ta nuit, qu'elle me soit pesante,

qu'elle m'écrase,

que toute ta main soit sur moi,

et que je me perde en toi dans un cri.

 

(...)

 

Que je sois le veilleur de tous les horizons...

Permets à mon regard plus hardi et plus vaste

d'embrasser soudain l'étendue des mers.

Fais que je suive la marche des fleuves

afin qu'au-delà des rumeurs de leurs rives

j'entende monter la voix silencieuse de la nuit.

 

(...)

 

Ô mon Dieu, donne à chacun sa propre mort,

donne à chacun la mort née de sa propre vie

où il connut l'amour et la misère.

 

Car nous ne sommes que l'écorce, que la feuille,

mais le fruit qui est au centre de tout

c'est la grande mort que chacun porte en soi.

 

(...)

 

Seigneur, nous sommes plus pauvres que les

pauvres bêtes

qui, même aveugles, achèvent leur propre mort.

 

(...)

 

fais, Seigneur, qu'un homme soit saint et grand

et donne-lui une nuit profonde, infinie,

où il ira plus loin qu'on ait jamais été ;

donne-lui une nuit où tout s'épanouisse,

et que cette nuit soit odorante comme des glycines,

et légère comme le souffle des vents,

et joyeuse comme Josaphat.

 

Fais qu'il parvienne enfin à maturité,

qu'il soit si vaste que l'univers suffise à peine à le vêtir ;

et permets-lui d'être aussi seul qu'une étoile

pour qu'aucun regard ne vienne le surprendre

à l'heure où son visage change, bouleversé.

 

fais que le temps de son enfance ressuscite dans

son coeur ;

ouvre-lui de nouveau le monde des merveilles

de ses premières années pleines de pressentiments.

 

Fais qu'il lui soit permis de veiller jusqu'à l'heure

où il enfantera sa propre mort,

plein d'échos comme un grand jardin

ou comme un voyageur qui revient de très loin..."

 

 

AVT2_Rainer-Maria-Rilke_6770.jpeg

 

Rainer Maria Rilke, né René Karl Wilhelm Johann Josef Maria Rilke, est un écrivain de langue allemande, né le 4 décembre 1875 à Prague, mort le 30 décembre 1926 à Montreux, en Suisse. Il vécut à Veyras (Valais) de 1921 à sa mort. Il est surtout connu comme poète, bien qu'il ait également écrit un roman, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, ainsi que des nouvelles et des pièces de théâtre.

Commenter cet article

julien 17/04/2012


interssant ce blog

stephane 17/04/2012


bonjour


j'adore la litterature européenne et notamment allemande mais je ne connaissais pas cet auteur

detente 17/04/2012


coucou


une belle invitation au plaisir, ca te dirait?


VIENS VOIR VOIR mon blog azlors

yann 23/04/2012


Un des vers les plus beaux du ce livre :


"Car pauvreté est lumière éclatante de l'âme."


 


Merci pour vos encouragements. Amitiés. Yann

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog