Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Robin Guilloux

Ce blog a pour ambition de faire connaître et apprécier la région Centre et en particulier la ville de Bourges. Je souhaite y faire partager mes goûts pour la poésie, la littérature, la peinture, le cinéma... J'y aborde également des questions qui me tiennent à cœur, souvent liées à l'actualité, en particulier le système scolaire (je suis enseignant), mais aussi la politique au sens large du terme et les problèmes de société.

Travail autour d'une nouvelle à chute : "Happy meal" d'Anna Gavalda

Publié le 13 Avril 2010 par Robin Guilloux

happy mealCe travail a été précédé par la lecture expliquée ou cursive de "nouvelles à chute" d'Anna Gavalda, de Dino Buzati, de Julio Cortazar, de Claude Bourgeyx, de Fred Kassak et de Pascal Mérigeau parues chez Magnard.

 

L'une d'elle au moins a été étudiée "à fond" : "Happy meal" d'Anna Gavalda. Il s'agit dans un premier temps de montrer aux élèves ce qu'est une "nouvelle à chute" : un récit susceptible d'une interprétation rétrospective différente, une fin à laquelle on ne s'attendait pas., mais que l'on aurait pu deviner. Le narrateur "sème" tout au long du texte des indices, des mots à double sens, des phrases susceptibles d'une double interprétation.

 

Questionnaire sur "Happy meal" d'Anna Gavalda :
 
1) Quel est le statut du narrateur (externe, interne ?) ; que peut-on deviner de lui (goûts, âge, milieu social...)
 
2) Le narrateur apprécie-t-il les restaurants Macdonalds ? Relevez quelques phrases et expressions à l'appui de votre réponse (les clients, l'ambiance, la nourriture).
 
3) Comment le lecteur interprète-t-il en première lecture la nature du lien entre le narrateur et le personnage fémininin ?
 
4) Quelle est la valeur d'aspect des infinitifs dans la phrase : "m'asseoir près d'elle, regarder son profil, regarder les gens et tout laisser refroidir." ?
(l. 3 à 5)
 
5) Quels sont les registres de langue employés dans cette nouvelle ? Donnez des exemple de chaque.
 
6) "Si on reste assez longtemps ensemble" Comment le lecteur interprète-t-il cette phrase en première lecture ? Et retrospectivement ?
 
7) Relevez des expressions à double sens.
 
8) Relevez les expressions qui expriment les sentiments d'admiration et d'amour  du narrateur  envers le  personnage féminin.
 
9) Lignes 155 et 162-163 : A quel mouvement culturel le narrateur fait-il allusion ? Quel est l'effet produit dans le contexte ? En quoi cette allusion renforce--t-elle le malentendu sur l'identité du personnage féminin ?
 
10) Quelle est la nature réel du lien entre le narrateur et le personnage féminin. ? Citez la phrase qui lève toute ambiguité à ce sujet.
 
11) Pouvait-on deviner la nature de ce lien ? Pensez, en particulier, au titre de la nouvelle.
 
12) A l'aide de votre réponse à la question 11, donnez une définition de ce qu'est une nouvelle à chute (ou "à coup de théâtre").
 
13) Serait-il possible de transposer cette nouvelle au cinéma ? Pourquoi ?
 
Eléments de réponses aux questions 4 et 9 :
 
4) la valeur d'aspect des infinitifs : "m'asseoir près d'elle, regarder son profil, regarder les gens et tout laisser refroidir." (L. 3 à 5) : nous ne sommes plus tout-à-fait dans le souhait, impliquant une distance entre le désir et sa réalisation, mais presque dans le "fantasme", dans la réalisation imaginaire du désir.  Le narrateur se projette mentalement dans une situation rêvée, idéale.
 
9) Le narrateur fait allusion à l'amour courtois (chevalier servant"), ce qui renforce l'idée de liens amoureux entre ce dernier et le personnage féminin. Cette allusion anachronique à un mouvement culturel  remontant au Moyen-âge, aux trouvères et aux troubadours (XIIIème siècle) et qui a contribué au raffinement des moeurs et des relations amoureuses, dans le cadre d'un "fast food", produit un effet de décalage humoristique.
 
Sujet de rédaction I : rédigez le récit du point de vue d'un externe. Le narrateur sera un client du Mac Donald qui assiste à la scène. (ce point de vue vous interdit de rédiger un "récit à chute". Pourquoi ?)

 

Sujet de rédaction II :

 

Sujet : A la manière d'Anna Gavalda ou de Dino Buzzati, rédigez, à votre tour, une nouvelle à chute.

 

Consignes :

 

- Point de vue narratif : "il" ou "je"

- Employer le système du passé (passé simple, imparfait, plus-que-parfait...) ou du présent, au choix, mais en veillant à ne pas les mélanger (le passé simple et le passé composé sont incompatibles dans un récit).

- Schéma narratif quinaire complet

- La situation finale doit être inattendue

- Employer des expressions "à double sens".

 

 

Copies d'élèves :

 

 Premier vol

 

"La piste n'avait pas l'air en très bon état  et le vent soufflait. assez fort, trop peut-être. Mais l'avion était prêt à décoller et s'envola dans un énorme fracas. Le contrôleur aérien hurlait dans la tour de contrôle. Le pilote semblait jeune et inexpérimenté ; c'était son premier vol non accompagné.

 

C'était un avion splendide : un Mirage 2000, le plus cher du marché ; peu gourmand en carburant, mais très rapide... L'idéal ! Des bandes rouges et grises ornaient ses ailes. Son fuselage bleu resplendissait.  Le pilote était rempli d'un sentiment de bonheur mêlé de fierté.

 

Il se nommait Tom, Tom Dupont. Après un décollage laborieux, l'avion fendait sereinement les airs, mais soudain, il rencontra des dizaines d'oiseaux migrateurs qui volaient vers le sud. Tom les esquiva de justesse. Fier de sa manoeuvre , il appuya sur le levier d'accélération : grave erreur ! Ayant évité les volatiles, il se dirigeait vers un chêne centenaire. C'était la fin !  Les dégâts seraient importants. "Je suis dans le pétrin, je vais essayer de virer à gauche pour me sortir de là", pensa Tom.

 

C'est alors qu'un miracle de produisit : le jeune pilote réussit à éviter l'arbre. Ce fut à ce moment là que Tom se rendit compte que l'avion ne répondait plus ! Tom avait franchi la forêt et volait au-dessus d'un lac immense, infesté de requins. Il lâcha les commandes et ferma les yeux en priant pour que son avion ne tombe pas dans l'eau.

 

Hélàs, l'appareil coula dans une grappe de bulles pour ne plus remonter.

 

C'est alors que Tom se leva, ramassa la télécommande et s'exclama, le coeur gros : "Allo, la tour de contrôle ?... Euh... pardon Maman, j'ai réussi à éviter ta petite girouette avec les oiseaux, j'ai cassé quelques branches de ton cerisier nain et j'ai fait tomber mon avion dans la mare !"

 

Robin Le Guévelou (4ème 1)

 

 

  Confession mortelle

 

Aujourd'hui, ma journée s'est affreusement mal passée. Julien, mon meilleur ami,  voudrait savoir ce qui ne va pas, mais je ne peux pas lui raconter. Il m'a conseillé de me confier à mon cher oncle qui compte énormément pour moi. J'ai suivi son conseil et j'ai pris ma voiture pour aller le voir. Je me suis garée, puis j'ai marché. Je me suis assise pour tout lui expliquer . Mon oncle a deux qualités que l'on trouve rarement chez un homme : la patience et le sens de l'écoute ; au travail, mon patron m'avait encore collé un avertissement et au prochain, il se ferait une joie de me virer. Mon boulot, c'est toute ma vie ! J'en ai profité pour vider mon sac et pour lui parler aussi de ma soeur Maéva avec laquelle je me suis pris la tête. Je m'en veux énormement. Ma soeur compte beaucoup pour moi et jamais nous ne étions disputées aussi violemment. A vrai dire, c'est la première fois. J'ai pensé que mon oncle aurait voulu savoir la cause de notre dispute. J'ai devancé ses questions ; je lui ai expliqué que c'était à cause de Julien. Ma soeur est jalouse de Julien et de tout le temps que je passe à ses côtés. Il ne va très bien en ce moment. J'estime que c'est mon devoir de l'aider, non ? Bref, je dois absolument reparler à Maéva. Mais comment m'y prendre ? Comment lui expliquer sans attiser sa jalousie que je dois aider Julien ? J'ai posé des tas de questions, sollicité des tas de conseils, mais il ne m'a pas répondu... Comme d'habitude... Mon oncle ne répond jamais à mes questions.

 

Je lui ai dit au revoir, je suis sortie du cimetière et j'ai repris ma voiture pour rentrer chez moi.

 

Emilie Meyer (4ème 1)

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article