Paul Scarron, Le roman comique, commentaire d'un extrait (incipit)

Publié le par Robin Guilloux

A8478-copie-1.jpg

Le Roman comique est une oeuve de Paul Scarron dont la première partie fut publiée en 1651 et la seconde en 1657. Scarron mourut alors qu'il travaillait à la troisième partie du roman, qui reste donc inachevé. L'adjectif « comique » de son titre indique à la fois qu'il s'agit d'une œuvre plaisante, humoristique, qui relève de la comédie.

Le roman débute par l'arrivée d'une troupe de comédiens au Mans et raconte leurs aventures rocambolesques dans la ville et aux environs. Il comporte une série d'histoires enchâssées ; la plupart sont des nouvelles espagnoles que Scarron a traduites et adaptées. Parmi ces histoires, la plus célèbre est celle du Destin, le nom de scène de Garrigues, et de L'Étoile, en réalité Mademoiselle de La Boissière.  

220px-Paul_Scarron_2.jpg

Paul Scarron, issu de la noblesse de robe, septième enfant de Paul Scarron, conseiller au Parlement de Paris à la cour de comptes, et de Gabrielle Goguet, entre dans les ordres en 1629. Il vit au Mans de 1632 à 1640, dans l'entourage de l'évêque Charles de Beaumanoir et fréquente les salons provinciaux.   

En 1638, il est atteint d'une maladie qui finit par le rendre paralysé des jambes. Selon la légende, la cause aurait pu en être un bain dans l'eau glacée, durant le carnaval. À partir de 1638, Scarron n'est plus qu'un pauvre corps, tordu et perclus.

Il fut le premier mari de la future Madame de Maintenon. Théophile Gauthier s'inspira du Roman comique dans Le Capitaine Fracasse qui raconte aussi les aventures d'une troupe de comédiens.

9782914214612FS

Chapitre premier : Une troupe de comédiens arrive dans la ville du Mans (incipit du roman)

 Le soleil avait achevé plus de la moitié de sa course et son char, ayant attrapé le penchant du monde (1), roulait plus vite qu'il ne voulait. Si ses chevaux eussent voulu profiter de la pente du chemin, ils eussent achevé ce qui restait du jour en moins d'un demi-quart d'heure ; mais, au lieu de tirer de toute leur force ils ne s'amusaient qu'à faire des courbettes, respirant un air marin qui les faisait hennir et les avertissait que la mer était proche, où l'on dit que leur maître se couche toutes les nuits. Pour parler plus humainement et plus intelligiblement, il était entre cinq et six quand une charrette entra dans les halles du Mans. Cette charrette était attelée de quatre boeufs fort maigres, conduits par une jument poulinière dont le poulain allait et venait à l'entour de la charrette comme un petit fou qu'il était. La charrette était pleine de coffres, de malles et de gros paquets de toiles peintes qui faisaient comme une pyramide au haut de laquelle paraissait une demoiselle habillée moitié ville, moitié campagne.

Un jeune homme, aussi pauvre d'habits que riche de mine, marchait à côté de la charrette. Il avait un grand emplâtre sur le visage (2), qui lui couvrait un oeil et la moitié de la joue, et portait un grand fusil sur son épaule, dont il avait assassiné plusieurs pies, geais et corneilles, qui lui faisaient comme une bandoulière au bas de laquelle pendaient par les pieds une poule et un oison qui avaient bien la mine d'avoir été pris à la petite guerre (3). Au lieu de chapeau, il n'avait qu'un bonnet de nuit entortillé de jarretières de différentes couleurs, et cet habillement de tête était une manière de turban qui n'était encore qu'ébauché et auquel on n'avait pas encore donné la dernière main. Son pourpoint (4) était une casaque de grisette (5) ceinte avec une courroie, laquelle lui servait aussi à soutenir une épée qui était aussi longue qu'on ne s'en pouvait aider adroitement sans fourchette (6). Il portait des chausses troussées à bas d'attache, comme celles des comédiens quand ils représentent un héros de l'Antiquité, et il avait, au lieu de souliers, des brodequins à l'antique (7) que les boues avaient gâtés jusqu'à la cheville du pied.

Un vieillard vêtu plus régulièrement, quoique très mal, marchait à côté de lui. Il portait sur ses épaules une basse de viole (8) et, parce qu'il se courbait un peu en marchant, on l'eût pris de loin pour une grosse tortue qui marchait sur les jambes de derrière. Quelque critique murmurera de la comparaison, à cause du peu de proportion qu'il y a d'une tortue à un homme ; mais j'entends parler des grandes tortues qui se trouvent dans les Indes et, de plus, je m'en sers de ma seule autorité. revenons à notre caravane.

Elle passa devant le tripot (9) de la Biche, à la porte duquel étaient assemblés quantité des plus gros bourgeois de la ville. La nouveauté de l'attirail et le bruit de la canaille qui s'était assemblée autour de la charrette furent la cause que tous ces honorables bourgmestres (10) jetèrent les yeux sur nos inconnus. Un lieutenant de prévôt (11), entre autres, nommé La Rappinière, les vint accoster et leur demanda avec une autorité de magistrat quelles gens ils étaient. Le jeune homme dont je viens de parler prit la parole et, sans mettre les mains au turban, parce que de l'une il tenait son fusil et de l'autre la garde de son épée, de peur qu'elle ne lui battît les jambes, lui dit qu'ils étaient français de naissance, comédiens de profession ; que son nom de théâtre était Le Destin, celui de son vieux camarade, La Rancune, et celui de la demoiselle qui était juchée comme une poule au haut de leur bagage, La Caverne. Ce nom bizarre fit rire quelques-uns de la compagnie (...)

Paul Scarron, Le Roman comique, 1651

Notes :

1) Image précieuse pour signifier que le soleil se couche

2) Pansement qui sert ici à masquer une partie du visage

3) Chapardés, volés

4) Partie de l'habillement qui recouvre le buste

5) Etoffe commune de teinte grise

6) Bâton ferré terminé par une fourche, sur laquelle on pose normalement le canon d'une arme à feu

7) Chaussure couvrant le pied dans le costume des personnages de comédie

8) Instrument de musique

9) Maison de jeu, lieu où l'on s'amuse

10) Bourgeois qui assure les fonctions de maire

11) Officier de justice

scarron.jpg 

Introduction :

     Ce texte, extrait du Roman comique de Paul Scarron, raconte les aventures d'une troupe de comédiens ; cette page constitue l'incipit du roman. Ce passage remplit-il la fonction d'un incipit ? Nous verrons que ce passage ne correspond pas tout à fait à l'idée que l'on peut se faire d'un incipit, en raison notamment du caractère envahissant de la description, puis dans une seconde partie, qu'il remplit effectivement cette fonction, mais de façon originale et adaptée au genre et au contenu du roman.

Définition des termes du sujet : commencer par définir le mot "incipit" (du latin incipere = commencer) l'incipit est le début d'un roman, d'une nouvelle. Sa fonction habituelle est de donner au lecteur des informations nécessaires pour comprendre la suite du récit : le lieu, l'époque, le personnage principal, les personnages secondaires ; au-delà  de son fonction informative, l'incipit doit susciter l'intérêt, la curiosité du lecteur, créer un effet de suspense, lui donner envie de continuer à lire le roman, la nouvelle (fonction de divertissement) ; l'incipit a donc pour fonction d'informer le lecteur, de l'intéresser, mais aussi de nouer avec lui un "pacte de lecture". Il commence parfois "in medias res", dans le feu de l'action. Il établit parfois un "contrat de genre" en indiquant au lecteur le code qu'il doit utiliser dans le cadre de sa lecture.

1) Le passage ne semble pas vraiment remplir la fonction d'un incipit :

a) La métaphore filée initiale semble annoncer un récit épique et ne cadre pas avec la suite. Le narrateur mélange les registres de langue.

b) Le narrateur intervient dans le récit (digressions en apparence inutiles)

c) Les personnages sont présentés d'un point de vue externe ; les informations explicites (leurs surnoms, leur profession) ne sont pas données d'emblée. Le récit peut sembler trop réaliste. 

d) L'incipit ressemble davantage à une entrée théâtrale.

e) Le texte est plus descriptif qu'explicatif.

f) La description ne semble pas avoir de fonction paticulière, sinon celle de créer du "pittoresque" et d'amuser le lecteur.

g) Le lecteur ne sait pas "ce qui s'est passé avant".

2) Le passage remplit bien la fonction d'un incipit :

a) La métaphore filée initiale faussement épique (ampoulée) et le passage au registre familier définissent d'emblée le genre du récit (héroï-comique, burlesque).   Les premières lignes établissent entre le narrateur et le lecteur un "contrat de genre".

b) Les interventions (digressions) du narrateur finissent  toujours par ramener le lecteur au récit. Elles indiquent au lecteur que le narrateur se donnera la liberté de commenter l'action et l'habituent à sa présence dans le texte, elles rompent avec l'illusion romanesque, elles établissent une connivence amusée entre le narrateur et le lecteur.

c) La description des personnages a une fonction explicative (montrez que les descriptions donnent des informations sur les personnages et invitent le lecteur à tirer des conclusions sur leur identité, tout en laissant une marge d'incertitude et de suspens) ; les noms des comédiens (Le Destin, La Rancune, La Caverne) annoncent l'intrigue et introduisent une dimension romanesque dans ce récit réaliste.

d) L'entrée théâtrale est bien adaptée au sujet traité (les aventures d'une troupe de comédiens) ; le public qui assiste à la scène devient un objet de la représentation.

e) La majeure partie du texte est essentiellement descriptive, mais la fin introduit une péripétie (élément modificateur ou perturbateur) et fournit des informations sur l'identité des personnages et sur leur état au travers d'un dialogue.

f) La description annonce la thèse principale du roman : le monde est un théâtre (conception baroque) ; on peut penser au dramaturge espagnol Calderon de la Barca (La vie est un songe, Le grand théâtre du monde), à Petrone (Le Satiricon) et aux romans picaresques. Le burlesque dans l'évocation des personnages retient l'attention du lecteur.

Note : le roman picaresque (de l'espagnol picaro, "misérable", "futé", est un genre littéraire né en Espagne au XVIème siècle et qui a connu sa plus florissante époque dans ce pays. Les romans picaresques les plus célèbres sont Lazarillo de Tormes (d'un auteur espagnol anonyme) et Gil Blas de Santillane de Lesage.

Un roman picaresque se compose d'un récit sur le mode autobiographique de l’histoire de héros miséreux, généralement des jeunes gens vivant en marge de la société et à ses dépens. Au cours d’aventures souvent extravagantes supposées plus pittoresques et surtout plus variées que celles des honnêtes gens, qui sont autant de prétextes à présenter des tableaux de la vie vulgaire et des scènes de mœurs, le héros entre en contact avec toutes les couches de la société.

g) Le lecteur est jeté au beau milieu de l'histoire, "in medias res", dans le feu de l'action. Montrez l'originalité de ce procédé, son caractère naturel. Faites le parallèle avec l'incipit de Jacques le Fataliste de Diderot.

h) Cet incipit annonce par ailleurs ce dont il va s'agir dans le roman, l'évocation critique de groupes sociaux et de leurs relations.

Conclusion :

Malgré la présence surprenante d'une longue description, ce texte remplit la fonction d'un incipit en donnant au lecteur une idée du genre auquel appartient le texte : un récit héroï-comique, burlesque. Il l'habitue à la présence du narrateur, à travers digressions et commentaires ; il fournit des informations implicites ou explicites sur les personnages et sur le cadre de l'action.

Le fait d'apparenter l'incipit à une entrée théâtrale est à première vue déroutant, mais en réalité pertinent. Déroutant, dans la mesure où il ne s'agit évidemment pas d'une pièce de théâtre, pertinent, dans la mesure où le roman va raconter la vie d'une troupe de comédiens. Le choix du narrateur manifeste, sous une apparence burlesque et humoristique, une certaine cohérence, la thèse principale du roman étant de montrer que le monde est un grand théâtre.

 

 

 

 

 

    

Commenter cet article